4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 09:14

Sugar-Man.jpg

Sugar Man

(titre original : Searching For Sugar Man)

Film de Malik Bendjeloul

 

 

 

Searching for Sugarman, documentaire de Malik Bendjelloul consacré à l'incroyable histoire de Sixto Rodriguez, présenté au festival de Sundance et attendu par les nombreux fans de l'auteur de Cold Fact, n'a été distribué que dans deux salles parisiennes et un cinéma lyonnais: les Bordelais, Rennais, Lillois et autres Strasbourgeois se sont donc vus priés d'aller se faire cuire un œuf, et en silence si possible. Encensé par la critique à sa sortie en juillet 2012 (« un film merveilleux, un conte de fées atypique et qui réchauffe le coeur » pour Mojo, « une exploration brillante de la nature de la célébrité » pour Philip French du Guardian, « l'indélébile portrait d'un artiste à qui l'on a donné une seconde chance » selon le Los Angeles Times), il ne figure même pas dans les vingt films qui ont fait le plus d'entrées entre le 26 décembre 2012 (date de sa sortie en France) et le 1er janvier 2013. A titre de comparaison, le dernier Twilight disposait aux mêmes dates de 266 copies dans l'hexagone, Niko le petit renne 2 (impérissable chef-d'œuvre cervidé qui fera l'objet d'une prochaine chronique à cornes) de 719 copies et De l'autre côté du périph, avec la nouvelle personnalité préférée des Français qui aide les handicapés et ne donne surtout son avis sur rien, de 500 copies. Comme dit Jean II Le Meingre après la bataille d'Azincourt, les chiffres parlent d'eux-mêmes.

 

Construit comme une enquête journalistico-policière, le film remonte le fil d'une investigation menée par deux fameux fondus du casque, Stephen 'Sugar' Segerman (cela ne s'invente pas) et Craig Bartholomew, paire d'inconditionnels sud-africains de Rodriguez qui cherche à découvrir ce qu'est véritablement devenu le chanteur, sur qui circulent les plus folles rumeurs (overdose en prison, suicide sur scène entre autres). Flop commercial retentissant partout ailleurs, Cold Fact, sorti en 1970 (si vous ne possédez guère encore la chose, bande d'inqualifiables béotiens, quelques clics avisés suffiront à vous la procurer d'urgence), connut un immense succès en Afrique du Sud (le chiffre du demi-million d'exemplaires vendus est avancé dans le film) et fut l'une des sources d'inspiration de la communauté afrikaner et de la classe moyenne blanche dans la lutte contre l'apartheid. Segerman, à qui une touriste américaine explique que l'album est quasi-introuvable aux Etats-Unis, veut chercher à percer le mystère Rodriguez, tout comme Bartholomew, journaliste musical en quête d'une bonne histoire à raconter.

 

Même si la fort louable démarche des deux compères permet à Rodriguez de sortir de l'anonymat pour quelques concerts à guichets fermés, beaucoup de questions restent sans réponse: pourquoi cet artiste si talentueux et inspiré, auteur de chansons à tomber par terre, n'a-t-il pas marché aux Etats-Unis? Où est passé le pognon issu du carton énorme de Cold Fact en Afrique du Sud? Comment se fait-il que Rodriguez n'ait jamais eu le moindre écho de son immense popularité dans ce pays? Pourquoi autant d'histoires improbables furent racontées sur son compte, à tel point que ses plus grands fans le croyaient mort? Le destin si particulier de Sixto l'oublié (n'a-t-on pas affaire à un cas unique dans l'histoire de la musique populaire, si tant est que cet adjectif puisse être associé à ce génie de l'ombre?) reste empreint de mystère, ce qui rend le personnage plus fascinant encore.

 

Pourtant, Rodriguez n'a jamais cherché à se forger un mythe ni a accéder plus ou moins volontairement au rang de légende urbaine. Quand, moment particulièrement émouvant, il apparaît enfin à l'écran en chair et en os, c'est un homme non pas comme tout le monde (on n'est pas comme tout le monde quand on a écrit « Crucify your mind » ou « Forget it ») qu'il nous est donné de voir et d'écouter, mais quelqu'un de profondément ancré dans le réel, qui a trimé dur toute sa vie dans les pires boulots possibles pour gagner sa croûte et qui vit dans la même maison modeste de Detroit depuis quarante ans. Pas étonnant que le deuxième album du monsieur s'intitule Coming From Reality: c'est de là qu'il vient, Rodriguez, de cette ville dure et froide, peuplée d'entrepôts à l'abandon et de magasins fermés depuis des lustres, minée par la violence et les crises économiques. D'une élégance et d'une classe rares malgré son infortune, il n'en veut pas à la vie et ne conçoit aucune amertume: les choses se sont passées ainsi, et voilà tout. On sort de la salle rempli d'admiration pour le bonhomme, aussi humble que sage, et sur qui PlanetGong avait modestement tenté d'attirer l'attention il y a un peu plus de quatre ans, à une époque pas si lointaine où sa musique n'intéressait personne.

 

 

 

 

 

Bande-annonce :

 

 

Le succès de ce film aux Etats-unis a valu à Sixto Rodriguez de passer dans des émissions populaires telles que le Late Show de Dave Letterman (attention, cette version de "Crucify your Mind" est à pleurer)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Antoine 19/04/2013 09:39


Sixto Rodriguez passe au festival de Jazz de Montreux le 4 juillet. Ouverture de la billeterie ce vendredi 19 avril à 10h.


Quand au documentaire, je me suis régalé. Au final, il reste au moins un mystère qui plâne encore sur lui...Quelle fut la place des femmes dans sa vie? Où est passé la mère des filles de Sixto,
toutes interviewées dans le documentaire? Rien n'est mentionné à ce sujet dans le film.


Après l'important n'est pas là... mais plutôt pourquoi est-il passé à coté du succès aux US malgré son immense talent ?


 


 

Rémi 27/02/2013 14:20


J'ai eu la chance de voir le film hier au cinéma (à ma connaissance, il est sorti dans une seule salle à Varsovie, il y a trois jours), et c'est une expérience assez extraordinaire...


 


Pour compléter l'article, selon le site de l'Express : "en France, "Sugar Man" (titre français) a atteint 55.000 entrées depuis sa sortie le 26 décembre dans deux salles parisiennes.
Programmé depuis dans près de 50 salles, le film attire chaque semaine quelque 6.000 spectateurs. " C'est déjà encourageant ! Avec un peu de chance, l'attribution de l'Oscar permettra une
exposition encore plus grande...

Antioine DB 09/01/2013 11:16


Hello à tous,


j'ai oublié dans mon commentaire ci dessus de vous faire partager une petite cover de Sugar man que j'ai fait avec mon groupe l'été dernier :





ou


http://youtu.be/h4D9u2EOV3A


 


A +

hhhhervé 09/01/2013 00:21


à ma connaissance passe en ce moment dans 6 cinémas : 2 à Paris puis Lyon, Bordeaux, Saint-Renan (près de Brest) et Rennes !! bonne année deux mille breizh!

WWTB 08/01/2013 10:37


Le film est très bien, l'histoire se suffit tellement à elle même...


Sinon je trouve qu'il y a quand même des défauts et l'empathie est peut-être trop ostentatoire parfois. Le début du film est assez lourdingue avec des témoignages dans la surenchère, qui poussent
le bouchon un peu trop loin en faisant presque croire que c'est lui qui a fait chuter l'Apartheid...Pareil pour les images de foule en délire intempestives lors des concerts.


Mais sinon la partie enquête est super bien faite, et même si on connait la fin, on reste sur le cul. Et quelle classe ce type, respect éternel !

domi 04/01/2013 20:29


je me souviens de l'article sur planetgong, à l'époque  j'étais déjà heureux de découvrir cette pépite.

Virgile 04/01/2013 17:58


bonjour tout le monde, il sera à la cigale le 5 juin 2013! spread the word

Antoine DB 04/01/2013 15:01


C'est vrai, c'est un très beau film, on en ressort heureux, un vrai conte !


L'ampleur que prend cette musique dans un cinéma est absolument magique !


Je vous conseille d'aller au cinéma "le saint germain" dans le VIème pour les parisiens http://www.etoile-cinemas.com/stgermain/


Je fais parti de ceux qui ont découvert RODRIGUEZ grâce à planetgong, il y a maintenant plusieurs années et je ne m'en suis toujours pas remis ni lassé.


Les seuls bémols du film qui finalement sont positifs puisqu'ils donnent envie d'aller plus loin! sont juste qu'il est décevant de ne pas en apprendre plus sur les conditions d'enregistrements
(genre anecdotes de studio), de même l'absence d'interview de musicien qui ont joué sur ces disques se fait sentir.


Enfin, ce qui est regrettable, c'est qu'il semblerait que dans les 70's, l'Australie aussi s'est intéressée à Rodriguez et semble t-il Rodriguez a fait des concerts là bas (mid 70's).


L'auteur du film de parle pas de cet épisode c'est un peu dommage...


Aller voir le film! Acheter la BO ou les albums, ça fait du bien !