20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 19:39

Rock City Morgue - The Boy Who Cried Werewolf

Rock City Morgue

The Boy Who Cried Werewolf

(reapandsow 2010)

 

 

    L’apparition d’un groupe comme Rock City Morgue en ces lieux a de quoi surprendre celles et ceux qui connaissent déjà ce groupe basé à New Orleans, créé par Sean Yseult (qui fit ses premières armes au sein du délicat groupe White Zombie) et notre site. Ce nouvel album (dont le titre fait référence à un film de 1973 qui ne semble pas être indispensable) n’est pas du tout un bon album ; cependant, son écoute est fortement conseillée, et ce à plusieurs points de vue… The Boy who cried Werewolf commence en effet de façon assez agréable : sa première piste, « Creepin’ in the dark », est de loin la meilleure de l’album, et a le mérite d’annoncer la couleur. Joyeusement régressive, marquée par de gros riffs de guitare qui tachent, et des solos dégoulinants, elle présente aussi un chant qui fleure bon les cuites au bourbon, et une rythmique qui ne se distingue pas particulièrement par sa légèreté ou son swing. La présence d’un piano introduit même une ambiance un peu étonnante dans cet environnement prévisible, mais assez réussi dans son genre, et finalement tout à fait acceptable.

 

    Malheureusement, la suite de l’album n’est pas au niveau de cette première chanson jubilatoire : les morceaux qui composent The Boy who cried werewolf sont plus longs et nettement moins inspirés que « Creepin’ in the dark ». Au fur et à mesure de l’écoute de l’album, une question se fait sans cesse plus insistante : sommes-nous en présence d’un album-pastiche ? Rock City Morgue est en effet un groupe qui ne craint de tomber dans aucuns des poncifs qui ont fait du hard-rock un genre risible et honni : la piste centrale de l’album, « Broken Man », est ainsi l’occasion pour le groupe de se lancer dans une composition ambitieuse marquée par différents moments – une sorte de « Halo of Flies » du pauvre ; sans mélodie marquante, et avec une production anémiée en comparaison avec celle de Killer.

 

    Il faut admettre que le jusqu’au-boutisme dont fait preuve le groupe a quelque chose de proprement fantastique : difficile de considérer au premier degré les introductions de « Burn » ou de « Death And Life », et l’ensemble de « Carry it with you », la ballade de service, emmenée par un piano et un chant, avant que le groupe ne rapplique pour un exercice de style aussi inutile que navrant. Si cette démarche décomplexée et évidemment régressive a de quoi séduire les amoureux des causes perdues (« Thick and Thin », « Along the way »), le problème reste que le résultat final est un échec, et l’écoute intégrale de l’album absolument inenvisageable. 

 

    Rock City Morgue est également une source impressionnante d’aphorismes définitifs, qui donneront matière à réfléchir à tous les grands intellectuels contemporains. Parmi les purs moments de grâce métaphysique et de classicisme poétique, notons « Death and Life, day and night, it’s all the same, you do what you can » (sur « Death and Life ») ainsi que « Let it burn, let it burn, burn, burn, oh let it burn » (sur… « Burn »). L’intégralité de la dernière piste de l’album, à l’accompagnement musical proprement honteux, « Losers’ Game », mériterait également d’apparaître ici.

 

    Les plus indulgents s’amuseront des riffs improbables, des solos à rallonge, de la production éhontée et des paroles à l’inspiration jamais démentie, les autres s’interrogeront devant la débauche de moyens utilisés pour tenter de masquer le degré zéro de la composition, et considèreront probablement avec un certain désarroi des passages aussi profonds et mystérieux que l’introduction de « Grave Mistake » : « I’m afraid, I’m afraid, I’m afraid, I’m afraid / I’m afraid you’ve made a grave mistake / I’m afraid you’ve made a grave mistake  / I’m afraid, I’m afraid you’ve made / A grave mistake » (le tout est chanté deux fois).

 

 

 

 

 

Liste des chansons :

  1. Creepin’ in the dark *
  2. One thing or another
  3. Burn
  4. Death and life
  5. Carry it with you
  6. Broken Man
  7. Thick and thin
  8. Grave mistake
  9. Along the way
  10. Losers’ game

Le groupe sur MySpace : www.myspace.com/rockcitymorgue

 

 

 

 

Vidéo :

 

"Broken Man"

Partager cet article

Repost 0

commentaires