21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 21:44

croco.jpgCrocodiles -

Endless Flowers

(French Kissing 2012)

 

 

 

    Un an après la sortie de Sleep Forever, un disque dont nous n’avions pas manqué de louer les mérites, les Américains de Crocodiles ont sorti cet Endless Flowers… Un an plus tard, il est enfin temps pour nous de rappeler les mérites de ce disque – en souhaitant que notre lectorat soit plus prompt à acheter les disques que nous le sommes à les chroniquer.

 

    La pochette d’Endless Flowers, assez laide, nous avait pourtant amusés par sa référence à Marcel Duchamp ; la chanson-titre lance l’album sur de bonnes bases, avec un grand morceau, dans la lignée de ceux que le groupe avait enregistrés pour ses disques précédents : rythmique robotique, guitares saturées et chant baigné d’écho… La deuxième piste poursuit en ce sens, « Sunday (Psychic conversation #9) » étant un nouvel excellent exemple du style des Crocodiles tel que nous le connaissions auparavant.

 

    Dans la discographie des Crocodiles, Endless Flowers apparaît cependant l’album le plus ambitieux à ce jour, le groupe s’échappant rapidement des territoires krautrock qu’il avait empruntés avec brio sur leur précédent disque pour retourner vers des sonorités post-eighties, en livrant au passage des sons surprenants (« Bubblegum Trash »). Ailleurs sur le disque apparaissent un jeu de basse chaloupé et des claviers kitch sur la balade désabusée « No Black clouds for Dee Dee » ; dans la musique comme dans les paroles, les productions des Crocodiles sont à prendre avec un peu de recul. Grâce à une belle maîtrise des moyens qu’ils emploient, les membres de Crocodiles guident leurs auditeurs dans des directions différentes… Parmi les chansons qui restent en tête le plus rapidement, le titre prometteur « Electric Death song », mais aussi « My Surfing Lucifier », une chanson portée par la base rythmique, une batterie répétitive et une basse au son ample et rond, et aux accords dissonants de guitares et de claviers. Le long morceau lent à l’introduction minimaliste de « Hung up on a flower » est aussi un des moments plus marquants de ce disque.

 

    Endless Flowers possède une variété de styles et une démarche sans concession qui rendent son écoute parfois assez difficile (notamment les cinq minutes de « Dark Alley », pendant lesquelles la basse joue sans discontinuer le riff de « You really got me ») ; cependant, il faut reconnaître aux Crocodiles le mérite de proposer une musique de qualité dans un style qui leur est propre.

 

 

 

 

 

 

Liste des chansons :

  1. Endless Flowers *
  2. Sunday (Psychic conversation #9) *
  3. No Black clouds for dee dee
  4. Electric Death song *
  5. Hung up on a flower
  6. My Surfing Lucifier
  7. Dark Alleys
  8. Bubblegum Trash *
  9. Welcome Trouble
  10. You are forgiven *

 

 

Vidéos :

 

"Endless Flowers"

 

"Sunday"

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires