19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 09:25

The Who - The Kids Are AlrightThe Who -
The Kids Are Alright

Coffret (2x DVD) - Sanctuary Visual Entertainment (2004)


    Le premier DVD de ce coffret est une réédition du prodigieux documentaire de Jeff Stein, The Kids Are Alright, sorti en 1979. Ce film était un montage d’images d’archives du groupe de Townshend, et contenait de larges extraits de concerts (Monterey, Woodstock), de nombreux passages télés (Angleterre, Etats-Unis, Allemagne) ainsi que divers clips de promotion et des interviews exclusives. Le film, diffusé en avant-première au festival de Cannes, moins d’un an après la mort de Keith Moon, était apparu comme un modèle de documentaire rock (en V.O., « rockumentary ») : il offre encore un témoignage unique sur l’évolution de la carrière des Who, depuis leurs débuts de groupe R’n’B jusqu’à leurs (médiocres) derniers albums, en passant par les fabuleux A Quick One... et Tommy (malheureusement, aucun extrait de leur meilleur album, Sell Out n’est disponible sur ce film). Ces deux DVD présentent en effet de (beaucoup) trop larges extraits de la période « post-Tommy » des Who. Le groupe mod excitant et survolté apparu en 1965, qui alignait albums mythiques et performances live légendaires (notamment dans les festivals de Monterey, de Woodstock et de l’Isle of Wight), s’est malheureusement transformé en une parodie de groupe Rock : riffs lourdingues, synthés omniprésents, rythmique poussive… Le virage seventies, fatal à Keith Moon, a été pour les Who – comme pour de nombreux groupes sixties – le début d’une triste période.

 

    The Kids Are Alright permet de constater cette déchéance, mais permet aussi de (re)voir des extraits prodigieux de l’un des meilleurs groupes de rock de l’histoire, en particulier la version de « A Quick One While While He’s Away », enregistrée au Rolling Stones’ Rock’n’Roll Circus, qui présente le groupe de Townshend à son apogée, et qui suffit à rendre ce double DVD indispensable. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Frank 19/08/2009 16:29

Tu abuses Eric ! tu vas pas remettre des pièces dans la machine ! :-))))Quand j'y pense... 3 pages de commentaires sur Who's Next !

Olivier 19/08/2009 11:40

Oulaaah je ne suis pas d'accord avec votre jugement sur les Who d'après 1970 ! Je dirais qu'ils ont commencé à faire de la merde (sur scène comme sur disque) plutot à partir de 1975 environ... Après Tommy et Who's Next, les Who disposaient d'un catalogue de chansons qui ridiculisait celui de leur période Mod, et ils éxécutaient ça sur scène avec un panache incroyable et une énergie phénoménale !!! Et puis je l'avoue, les synthés se sont trop incrustés dans les chansons, bridant la durée des chansons qui ne pouvait alors contenir de jams...

Eric 19/08/2009 14:37


Tu devrais lire cet article, tu vas adorer :

http://planetgong.over-blog.com/article-19114163-6.html




blacksabbath43 30/04/2009 12:46

C'est Keith Moon qui rend ce documentaire exceptionnel : déchirage des vêtements de Pete en pleine interview, destruction de batteries pour concurrencer les violences guitaristiques de Pete, duo hillarant avec Ringo Starr, imitation d'un robot, découvert dans un carton par les autres membrs du groupe, tentatives de se foutre à poil dès qu'il voit une caméra et enfin répliques de légende dont : "my friends call me Keith, you can call me John" !"Roger is revolving is mic so fast that he gets sort of desiccated eggs and sliced tomatoes. So I turn my cymbals this way and at the end of the night, I get a mixed salad!"Les répliques de Peter sont tout aussi drôles:  - "Where are you from ?  - London.   - London where ?   - London, England." - "Where did you learn to play that's wild style of playing ? - " Bowling ! "Ou quand il déclare que les Who n'ont aucune qualité musicale sur scène car ça ne sert à rien. "Nous offrons un show lourd car c'est ce quel public attend."Et pour ceux qui trouvent Entwistle chiant à mourir, admirez la scène où il récupère un disque d'or du groupe (un orginal ?) et fait du tir au pigeon avec. Le disque finira détruit par une mitraillette à la manière de inconnus et leur chasse à la galinette cendrée dans le bouchonois...Et effectivement, "A quick one while he is away" est assez exceptionnel sous le châpiteau du rock and roll circus. Un mini-opéra légendaire de dix minutes dont on ne se lasse pas."My name is Ivor, I'm an engine driver"...Un documentaire finalement très réussi et assez osé. On retriendra notamment la scène SM où Keith se fait fouetter et interviewer en même temps (pas facile de comprendre ce qu'il dit vu le masque en cuir qu'il porte...)