12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 14:57

white-fence.jpg

White Fence -

Family Perfume vol.1
(Woodsist 2012)

 

 

Après deux albums sortis en autant d’années (White Fence en 2010, Is Growing Faith en 2011), Tim Presley a décidé d’accélérer son rythme de production : cette année, il a déjà publié Hair (avec Ty Segall), et ce Family Perfume, album sorti en deux moitiés publiées en LP à quelques semaines d’intervalle, et en CD (et cassette) dans sa version complète.

 

Après une courte introduction que nous qualifierons gentiment de gratuite, White Fence lance ce nouveau disque sur un morceau qui rappelle l’ambiance des Beatles 1967 (« I am the walrus », précisément) : depuis la voix nasillarde du chanteur, qui évoque celle de Lennon, jusqu’à la rythmique simple et efficace, alors que la guitare est plus orientée West-Coast. Depuis les premiers morceaux publiés par White Fence, les influences de Lennon sont évidentes. La piste suivante, « Long White Curtain », poursuit dans la même veine que le morceau précédent, en accordant davantage d’importance encore au jeu de guitares : la rythmique est tranchante, et la guitare solo délibérément psychédélique.

 

La chanson suivante, « Balance your heart », marque le premier grand changement de ce disque, puisqu’il s’agit d’une ballade hippie qui ne semble qu’à demi produite. A la manière de l’exceptionnel Tim Cohen, Presley montre son aptitude dans cet exercice et livre avec nonchalance une piste remarquable. Avec les trois premières chansons de Family Perfume Vol.1, White Fence est passé de l’explosion rock’n’roll psychédélique à la chanson contemplative semi-acoustique proto-baba.

 

L’ambiance générale se caractérise par des chansons plutôt calmes, sur laquelle Tim Presley promène sa voix nasillarde et ses différentes préférences dans le jeu de guitare – acoustique, électrique, psychédélique, bruitiste… « Do you know Ida know » est calme et éthérée alors que « Down PNX », la chanson suivante, est quasiment bruitiste. Tim Presley semble prendre un malin plaisir à insérer entre les pistes calmes et oniriques des morceaux de ce type (plus loin sur ce disque, ce sera le cas de « Soaring daily pique number 2 »). « It will never be » est un des morceaux-phares de l’album : sa première partie pourrait être une chanson à part entière, mais est suivie par un long passage instrumental conduit par une guitare électrique entourée d’accompagnements planants… Malheureusement, la chanson donne un peu l’impression de se terminer en roue libre.

 

L’hétérogénéité de l’ensemble est une des caractéristiques de ce disque, ce qui est souvent de mise dans le cas d’albums solos… La diversité des chansons, censée traduire le bouillonnement créatif de l’artiste, rend souvent difficile l’appréhension de la totalité de la production. Family Perfume Vol.1 n’échappe pas à cet écueil, mais possède assez de bons morceaux pour prouver à ceux qui en auraient encore besoin le talent de Tim Presley (« A Hermes Blues », « Balance yr heart »« It will never be »).

 

 

 

 

 

 

Liste des chansons :

  1. White Fence Family Perfume Intro
  2. Swagger Vets and double Moon
  3. Long White curtain
  4. Balance yr heart *
  5. Do you know Ida know
  6. Down PNX
  7. Take away Life’s endless take
  8. Hope servitude I have no
  9. It will never be
  10. Soaring daily pique number 2
  11. A Hermes blues *
  12. Hey Roman nose
  13. Breathe again
  14. Daily pique

 

 

 

 

 

Vidéos :

 

"Down PNX"


 

"It Will Never Be"


 

 

 

 

 

Vinyle :

 

 

 

 

 

L'article sur le Volume 2 est ici : White Fence - Familiy Perfume Vol.2

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires