17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 05:49

Ty Segall - Goodbye Bread

Ty Segall -
Goodbye Bread
(Drag City 2011)

 

 

Apprécié et soutenu en ces pages depuis quelques années désormais, Ty Segall a vu son statut de petit prince du garage-rock californien changer en 2010 avec la publication de Melted, album gorgé de reverb et à l'esthétique grunge qui lui a autant aliéné de fans qu'il lui a permis de percer auprès d'un public plus vaste. Le one-man band rustre des débuts avait fait place à une rock-star aux longs cheveux blonds et aux chemises de bucheron. Une question taraudait son public : Ty Segall était-il en train d'initier un revival 90s ? Allait-il se muer en clone (forcément inutile) de Kurt Cobain ?

 

Goodbye Bread qui sort aujourd'hui devrait calmer quelques temps les détracteurs de Segall. Si le revival nineties semble bien avoir lieu en 2011, ce n'est pas lui qui en est l'initiateur, mais quelques groupes britanniques tels que Cage The Elephant, Yuck ou Let's Wrestle. Segall, de son côté, poursuit sa trajectoire dans la direction qui paraissait la plus naturelle après son mini-album de reprises de T-Rex sorti à l'occasion du Record Store Day (l'excellent Ty-Rex), en chantant des ballades folk lo-fi, vaguement glameuses, où les couplets marmonnés laissent place à des refrains braillés avec conviction.

 

Certains esprits chafouins n'ont pas apprécié la production audacieuse de Melted. Segall y jouait déjà des ballades lo-fi, mais les noyait dans un flot de fuzz, de reverb et d'effets aussi déroutants que divers qui rendaient l'approche de cet album difficile. Si on a adoré Melted, il est vrai qu'il nous a fallu du temps pour rentrer dedans tant il était parfois difficile de discerner les grands morceaux que sont "Girlfriend" et "Sad Fuzz" derrière le chaos orchestré par le blondinet. Pour Goodbye Bread, Segall a changé son fusil d'épaule et poursuivi le chemin entamé sur Ty-Rex : les guitares sont toujours idéalement brouillonnes, la voix raisonnablement distordue, mais la sobriété est de mise pour atteindre un objectif simple : laisser parler les mélodies.

 

Ainsi, l'album, au tempo plutôt lent, est une collection de ballades lo-fi qui évoquent tantôt le Beck crasseux des débuts, le versant somnambule des Beatles (genre "I'm So Tired", "I'm Only Sleeping") ou l'acid-folk californien des années 60, et certains morceaux comme "I Can't Feel It" semblent sorties de la plume de Marc Bolan période Tanx. Ty Segall, comme à ses débuts, joue de tous les instruments (ce qui, encore une fois, diffère de Melted) fait mouche grâce à son sens du refrain et à ce chant lancinant prompt à envouter quiconque le croise. Une fois le rythme de l'album assimilé, impossible de se défaire de ces formidables chansons que sont "My Head Explodes","The Floor", "Goodbye Bread" ou "Fine".

 

 

 

 

Tracklisting :

 

1. Goodbye Bread *
2. California Commercial
3. Comfortable Home (A True Story)
4 You Make the Sun Fry *
5. I Can’t Feel It
6. My Head Explodes *
7. The Floor *
8. Where Your Head Goes
9. I Am With You *
10. Fine *

 

 

 

Vidéos :

 

"I Can't Feel It"


 

"My Head Explodes"


 

"The Floor"


 

 

 

 

 

Vinyle :

 

Ty Segall - Goodbye Bread

 

 

 

 

Ty Segall : tous les disques chroniqués sur PlanetGong

Partager cet article

Repost 0

commentaires

zzw 26/08/2011 11:54



Enfin tout ça ne nous dit pas par qui JFK a été assassiné !



Yves 25/08/2011 16:03



Chasser est une nécéssité, comme organiser des coupes dans un bois dont on est le propriétaire, la nature ne s'entretient pas toute seule (en tout cas pas ici).



Hubert 24/08/2011 10:39



Je rappel que Saint Hubert a renoncé à la chasse. La chasse, c'est mal. Les chasseurs tuent pour s'amuser. Et toc.



Yves 23/08/2011 11:28



Pour le Saint-Hubert, c'est injuste et pas très sympa de le résumer à ça, même si effectivement il a été utilisé pour faire des sales boulots.


C'est d'abord un chien de chasse, et pas de vilaine chasse au pauvre esclave noir fugitif, à l'indien Seminole ou au bagnard évadé (je crois bien que dans O'Brother, le chien du diable, c'est un
Saint-Hubert), à la base c'est un chien de vraie chasse quoi.


C'est l'un des plus vieux chiens courants, une race qui remonte à l'age médiéval (je rappelle que Saint-Hubert est le saint patron de la chasse).



Yves 23/08/2011 10:59



Pour les Bedlingtons Terrier derrière la pochette je pense qu'il n'y a pas besoin de confirmation hahaha.


Bravo surtout pour le Schnauzer!



John the Revelator 22/08/2011 20:32



Après renseignements rapides auprès de proches cynophiles: un St-Hubert (appelé aussi Bloodhoiund, spécialisé dans la recherche d'esclaves et de fugitifs) et un Schnauzer géant. Félicitations les
enfants :D



Yves 22/08/2011 17:03


Hahaha! Merde j'ai écrit mon commentaire plus ou moins en même temps, donc du coup ma remarque sur les digressions à la con est un peu plus comique mais elle peut passer pour désobligeante... Merci
beaucoup pour le Schnauzer géant, ça me torturait l'esprit ce chien inconnu. C'est vrai qu'ils ont des drôles de têtes les Bedlingtons... Enfin bref... Je suis d'accord pour Comfortable Home, elle
a une drôle de tête aussi cette chanson. Et pour le fait que la seconde face soit meilleure que la première (caractéristique plutôt rare non?).


Yves 22/08/2011 16:03



Hahaha!


Pour parler un peu du disque (qu'est-ce que c'est que ces digressions à la con?) je ne regrette pas de l'avoir acheté, un bon disque, épuré, élégant, pas parfait non plus mais bon.


Une grosse préférence pour The floor et My head explodes et aussi pour la chanson homonyme (c'est bien ça qu'il faut dire?).



Dahu Clipperton 22/08/2011 15:35



(excuse, Yves, on parlait pas du même côté de la pochette... )



Dahu Clipperton 22/08/2011 15:32



Je tiens à apporter une précision : dans la pochette intérieure, le spécimen de Toby est un schnauzer géant (rien à voir avec les bedlingtons, Yves,
voyons^^) (on notera d'ailleurs une parenté fort probable de ces derniers avec le "bébé" dans Eraserhead, les poils en
plus).


Au passage, super synthèse sur les styles de pochettes, Eric


 


Quant au disque, je le trouve assez inégal : Comfortable home est franchement poussive, et les derniers morceaux, sans être mauvais, sont trop dans la même veine, avec le même type de
rythmique plombée (et du coup je me dis qu'ils durent chacun au moins une minute de trop)... 'fin je décroche systématiquement sur la fin, ça se traîne...


Et c'est d'autant plus dommage que Goodbye bread est une superbe ballade et que le centre de l'album est remarquable (l'enchaînement You make the sun fry/I can't feel
it/My head explodes/The floor : hourra ! )



bambou 22/08/2011 11:02



ah bon, tant que ça?



teenagegraveman 22/08/2011 10:14



bande de bâtards!



Yves 20/08/2011 16:51


Hein que c'est intriguant? Aaah Paris au mois d'Août!... J'ai fait des recherches sur ouiquipédia (entre autres). Je sais, c'est assez pitoyable, j'ai honte. Je crois avoir identifié la marque de
la grosse peluche de la première de couverture, qui serait un Saint-Hubert, un gros chien courant, et celle des deux clébards hagards et moutonneux qui lèvent le museau de concert à l'arrière de la
pochette, qui seraient des Bedlingtons Terrier. Pour l'autre de la pochette interne, ce n'est pas un fox-terrier (ce que Milou est supposé être), on dirait bien un terrier mais je ne saurais dire
quel modèle exactement.


ZiGGy 20/08/2011 12:37



Ouais, c'est Milou ou bien Idéefixe, qui sort de la mine de charbon ?



Yves 19/08/2011 19:03



Une question absolument essentielle me turlupine :


Quelles races de chiens sont représentées sur les faces de la pochette et sur l'insert?



beat4less 19/08/2011 16:35



Belle défense m'sieur le taulier.


Que ce soit dans le fond ou la forme, c'est vrai qu'il n'est pas là où on l'attendait le Segall.


Dans la catégorie animal ya le Best Coast aussi (qui est certes aussi à cheval sur les catégories "plage" et " dessin naïf"), disque qui m'en touche une sans faire bouger l'autre par ailleurs.



domi 19/08/2011 13:47



wouaf wouaf



Dr.Nichon 18/08/2011 11:59



Ty Segall est malin... il a très vite senti la relève animale internet: les loldogs !



Eric 18/08/2011 13:01



Moi j'aime beaucoup cette pochette ! Au moins dans un rayonnage de CD à Gibert, elle ressort bien, et puis je la trouve originale, et pour ainsi dire assez classe.


 


Dans les années 70, quand tous les groupes space-rock / kraut mettaient des images de vaisseaux spaciaux SF, d'étoiles, constellations, avec parfois des lettres distordues à la Druillet, Pink
Floyd avaient mis une vache en couverture et fait une pochette marquante. Ty Segall fait un peu le même truc : l'art des pochettes pour les groupes garage et lo-fi est très codifié bien sûr, et
donne déjà des indices sur le contenu de l'album (selon sa tendancelo-fi beat, psyché, freakbeat ou que-sais-je). Grosso modo, quand on rentre chez un disquaire tel que Born Bad, on voit ce genre
de trucs sur les présentoirs (liste non exhaustive qui ne demande qu'à être complétée par vos soins) :


 


des graphismes faussement naifs, souvent avec crayons de couleur (Jacuzzi Boys, Overnight Lows, Box Elders, Dead Ghosts, Vivian Girls, Tim Cohen, White Fence, Woods)

des photos floues (Strange Boys, Shapes Have Fangs, Mantles, et Segall lui-même avec Lemons)

des belles photos arty de détails en gros plan (Girls, Dirtbombs de Party Store, nouveau Jacuzzi Boys) ou des vieilles photos au cachet vintage (Dum Dum Girls, Harlem, )

des designs psychédéliques chiadés, façon toile d'araignée colorée au LSD (Thee Oh Sees, Fresh & Onlys, ou avec des formes géométriques (Black Angels, Moon Duo)

des illustrations psyché classieuses (Norvins, Baby Woodrose)

des photos surexposées / colorisées avec un gros contraste (The GO, Crocodiles) ou distordues (Smith Westerns)

des collages de photos qui donnent un effet psyché / de confusion (dernier Hentchmen, Human Eye, Hunches, Growlers, White Denim)

des photos du groupe en gang (Black Lips, Bad Sports, Crusaders Of Love, des milliers de groupes) devant un mur (héritage Ramones / punk) ou sur la plage (la grande mode de 2010 : Soft Pack,
Moonhearts, Outrageous Cherry, Eddy Current Supression Ring)

des graphismes glam / kitsch au mauvais gout assumé (Apache, Hunx & His Punx)

et puis l'hommage / référence aux pochettes sixties (plus pour les revivalists genre Vicars, Black Hollies, Staggers, Young Veins, Thee Attacks)



 


Le coup de la photo de chien en gros plan détonne un peu dans tout cet univers balisé, et ce disque, sur l'étagère de Born Bad, ON LE VOIT !!!


 


 



beat4less 17/08/2011 18:12



Par contre l'artwork à thématique canine...?



teenagraveman 17/08/2011 16:30



yeah parfaitement résumé! Ty Segall derrière tout le tumulte, et c'est là qu'il est au dessus du lot, est un excellent mélodiste, et cela semble encore plus éclatant sur ce disque, j'attend la
suite avec impatience mais vais me délecter de ce goodbye bread encore un certain temps en attendant!



pixieson 17/08/2011 10:37



Moi qui adorait le coté foutraque des premiers albums, même si ils étaient truffés de mélodies, je suis rentré directement dans ce disque.Jje trouve vraiment les chansons bonnes, sans colorant et
sans gras. Même ma compagne qui exècre ty segall a pensé qu'il s'agissait d'un nouveau groupe anglais !