11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 23:34

TY SEGALL BAND - Slaughterhouse. Ty Segall Band

Slaughterhouse

(In The Red 2012)

 

 

Depuis quelques semaines on s'amuse (et on se désole parfois) à lire à droite et à gauche les commentaires déçus d'amateurs de garage-rock sixties s'indignant et exprimant leur déception à l'écoute du nouvel album que Ty Segall a fomenté avec son groupe. Si on comprend cette incompréhension au vu de l'œuvre passée de celui qui fut considéré un temps comme le nouveau Jay Reatard par une presse parfois paresseuse dans ses comparaisons, il ne faut pas non plus oublier qu'au fil des albums ce dernier s'est construit un univers singulier, mouvant, souvent imprévisible. Après le garage-punk raide et lo-fi de ses débuts en solo, la musique de Segall s'est muée en un grunge psychédélique lancinant sur Melted, puis en du glam décharné sur Ty Rex, avant le garage neurasthénique de Goodbye Bread. Et lorsqu'il s'agissait d'exécuter ces morceaux sur scène, Segall emballait tout dans des effluves de fuzz et de distorsion, immortalisées sur le rugueux Live In Aisle Five. Dès lors, il paraît normal de s'attendre à l'exploration de nouveaux horizons musicaux par le wonderkid de la Bay Area, toujours enclin à intégrer des éléments inédits dans son rock'n'roll.

 

Slaughterhouse ne déroge pas à la règle et se révèle ainsi être l'album de Ty Segall le plus clivant, car le plus extrême dans son ouverture. Déjà, il ne s'agit pas d'un album en son nom propre mais d'un disque du Ty Segall Band, soit le groupe de scène à tendance grunge qui retourne les salles depuis trois ans, augmenté de Mikal Cronin à la basse (d'un autre point de vue on pourrait aussi considérer les choses comme une version remaniée de Charlie & The Moonhearts avec Ty Segall comme chanteur). Quoi qu'il en soit, il s'agit là peu ou prou du groupe qu'on entend sur Live In Aisle Five. Un quatuor porté sur les guitares lourdes, les sons dissonants, les ambiances étouffantes. Ty Segall avait prévenu sur le dos de pochette de sa compilation de singles sortie l'an dernier : "Listen to Blue Cheer… Space… Heavy". Un avertissement destiné aux esthètes qui s'attendaient à ce que Segall s'assagisse avec le temps ou reste figé dans son image de petit-génie de la scène de San Francisco, en forme de "attention, vous allez en prendre plein les oreilles".

 

Slaughterhouse signifie abattoir en français. De là à dire que l'album est une boucherie, il n'y a qu'un pas que nous ne franchirons pas, mais le choix de vocabulaire utilisé par le groupe témoigne qu'il n'est pas là pour faire dans la finesse. Arrêtons-nous une seconde sur la version vinyle de l'album – car c'est sous ce format qu'il faut absolument se le procurer – qui sort sur un double disque de 25cm et possède une pochette superbe au graphisme évoquant Druillet illustrant une nouvelle de Lovecraft. Le tracklisting y diffère de l'édition CD, et on peut concevoir l'album comme quatre faces de 8 à 10 minutes chacune (par ailleurs le premier tirage sur vinyle transparent a été sold out avant même que l'encre de l'annonce ait eu le temps de sécher).

 

"Death" est le morceau idéal pour lancer la face A, avec sa progression fluide façon décollage à la Hawkwind. Après un nuage de larsens, la basse entre en piste, vrombissant tel un moteur que l'on vient de démarrer. La batterie fait monter l'attente, avant que tout cela n'explose en un space-rock heavy de premier ordre. "Master Of The Universe" des space-freaks britanniques n'est pas loin. On retrouve ensuite sur "I Bought My Eyes" un genre d'écriture qu'on identifie un peu plus à Ty Segall avec ce titre à la pâtine garage nanti d'un solo dissonant – tout ce qu'on aime. Idem pour "Slaughterhouse" qui conclut la face et sonne comme du Segall période Lemons joué en groupe. Pas le meilleur morceau de son auteur, mais diablement efficace.

 

La face B s'ouvre sur "The Tongue", qui fait partie de ces classiques instantanés que contient l'album. Un morceau à la rythmique insistante bâtie de guitares martelées en rythme et d'un refrain accompagné d'une lame de fuzz jubilatoire. Segall et sa bande s'y donnent à cœur joie dans le registre heavy gras et bas du front en fin de morceau. C'est con, mais qu'est-ce que c'est bon ! Pas le temps de respirer, le tempo reste tendu sur "Tell Me What's Inside Your Heart" où on retrouve le Segall tendu et rock'n'roll qu'on aimait chez Epsilons. Le morceau est notable par son approche décomplexée de la guitare : d'abord punk et tranchante dans son approche rythmique, elle devient ensuite anguleuse et dissonante sur un solo à mi-morceau (aux alentours de 2'00"), avant de s'alourdir subitement pour donner une épaisseur heavy à son riff principal… qui laisse rapidement place à une respiration folk puis à un solo rock'n'roll de haute tenue. C'est virtuose sans être démonstratif, un régal. A cette furia succède "Wave Goodbye" où, sur un riff lancinant, Segall développe une atmosphère post-grunge sombre et inquiétante. Une descente d'accord envoutante suffit à créer une certaine tension, il y a du Black Sabbath dans ce morceau crépusculaire qui clôt le premier disque avec brio.

 

Le second disque pourrait se résumer ainsi : une face de bruit, et une face de reprises. Le bruit, c'est "Fuzz War", titre noisy qui occupe les 10 minutes de la face C. Des cris de guitares fuzz font valser les larsens, l'ambiance est apocalyptique, pesante, mais jamais complaisante. Certes le morceau est long, mais il apporte une saine respiration après l'énergie débordante du premier acte (et sa position sur une face entière de ce double LP permet aussi aux réfractaires d'éviter de l'écouter à chaque fois). La face D de Slaughterhouse, on l'a dit plus haut, est essentiellement composée de reprises. On le sait, Segall a pour habitude de glisser des réinterprétations de classiques sixties sur chacun de ses albums ou presque. Ici il propose un "Diddy Wah Diddy" violent, hurlé, à mi-chemin entre la version Remains et celle de Captain Beefheart. "The Bag I'm In", qu'il emprunte à l'immense Fred Neil, voit Segall reprendre la ligne de basse imaginée par The Fabs et martyriser le morceau en y ajoutant une surdose de saturation. Cette version horrifique colle parfaitement à l'ambiance de l'album. Autre morceau déjà connu exhumé ici par Segall, "Oh Mary" – qui figurait sur le premier album solo du blondinet – bénéficie aussi du traitement heavy du Ty Segall Band. Seul "Muscle Man" est véritablement inédit sur cette face de l'album, bien que son riff recycle habilement celui de "I'm Free" des Who.

 

A l'issue de l'écoute intégrale de cet album – chose qu'on a répété de nombreuses fois cet été – on est une fois de plus convaincu du génie de Ty Segall. C'est le deuxième album qu'il publie cette année (après Hair, la collaboration avec White Fence), et la claque est encore énorme, n'en déplaise à certains puristes. 2012 pourrait bien être l'annus mirabilis du kid de San Francisco. Respirons un peu, la suite arrive bientôt, en octobre, avec un album solo nommé Twins.

 

 

 

 

 

 

 

Tracklisting :

 

Disque 1: "Slaughterhouse"

A1     Death *     

A2     I Bought My Eyes *                

A3     Slaughterhouse            

B1     The Tongue *                

B2     Tell Me What's Inside Your Heart *           

B3     Wave Goodbye             

 

Disque 2 : "Muscle Man"

C                Fuzz War            

D1              Muscle Man                 

D2              The Bag I'm In *   

D3              Diddy Wah

D4              Oh Mary

 

 

 

 

 

Vidéo :

 

"Tell Me What's Inside Your Heart"

 

"Wave Goodbye" (live)

 

"I Bought My Eyes" (live)

 

 

 

 

 

 

Vinyle :

 

Ty Segall - Slaughterhouse

 

 

 

 

Ty Segall : tous les disques chroniqués sur PlanetGong

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MC5 m'a tuer 18/08/2012 16:47


Chronique terrible, bravo!

Yves 16/08/2012 21:46


Ouais je ne sais pas, Goodbye Bread je l'ai bein apprécié, donc pour ma part et le Melted bis c'est pas vraiment le cas.
On peut ne pas apprécier ce disque sans vouloir figer Segall dans un genre.


Pour ce qui est de l'écoute en vinyle, je ne veux pas me répéter mais je doute que ça fasse changer mon avis sur la question.

teenagegraveman 16/08/2012 17:52


d'accord avec tout ça, et en live ça prend encore une autre dimension, j'ai vraiment pris mon pied sur les morceaux de slaughterhouse à Binic,


ça fait plaisir de voir du heavy rock traité à la sauce Segall.

Yves 13/08/2012 15:39


Depuis quelques semaines on s'amuse, et on se désole aussi parfois, de lire les commentaires de gens qui n'aiment pas l'album.
C'est vrai ça, de quel droit ils la ramènent ceux-là?
Personnellement, en tant qu'amateur de garage-rock-sixties, j'écoute du rap US de temps à autres, ça ne m'empêche pas de ne pas aimer ce disque uniquement parce que je suis sectaire et que les
sonorités ne correspondent pas aux codes garage-rock-sixties (alors que le rap US...)

Eric 13/08/2012 15:58



Qui a dit que tu étais sectaire ? (tu nous refais un coup de troll parano ??? )



Je constate simplement que beaucoup de gens n'apprécient pas le son de cet album en raison du changement qu'il apporte par rapport aux oeuvres passées et se seraient contentés d'un Melted
part 2. La plupart des fans de Ty Segall qui n'aiment pas Slaughterhouse se plaignent des guitares trop lourdes, du son généralement "trop bourrin" et regrettent l'époque de
Melted (et ça je ne l'ai pas lu que dans des discussions Facebook, Yves).


 


Je trouve ça juste marrant qu'on essaie de figer Segall dans un genre alors qu'il n'a pas fait deux albums identiques... Après, qu'on aime pas Slaughterhouse me désole un peu, oui, parce
que je trouve que les morceaux sont vraiment, vraiment, excellents.


 


Et comme dirait ZiGGy : écoutez le en vinyle !!! le SON y est enorme


 


 



beat4less 12/08/2012 19:14


Super chronique, merci !

Eric 13/08/2012 15:58



Merci !



Dr.Nichon 12/08/2012 14:03


un mot, en majuscules: ENORME

ZiGGy 12/08/2012 12:13


On en à déjà discuté sur le forum, mais je me permet de revenir sur ta défense du vinyle au cas où la comparaison donnée par un possesseur des deux formats (moi) puissent être utile aux lecteurs.
Le son du LP est meilleur. Je n'irai pas dire que le CD soit indigne, mais l'écoute des deux fait une bonne pub aux vinyles. En revanche, l'écoute de l'album est vraiment changée par le
tracklisting du CD, et tout particulierement la manière dont il s’achève sur Fuzz War. On se prend à laisser le morceau à chaque passage, quand bien même on écoute l'album en boucle. Rares sont
les titres bruitistes à pouvoir recevoir ce traitement, et je ne suis pas du tout convaincu qu'il soit aussi bien "défendu" sur le vinyle.

Dommage qu'In the Red n'ait pas sorti un LP 12" classique, tout bêtement. Ou collé le CD en bonus avec le 10". Il faudra attendre une réédition dans quelques années. Tout cela pour dire que la
différence généralement constatée dans les prix et l’intérêt donné à l'unité de l'album par le tracklisting du CD empêchent de le reléguer totalement aux oubliettes. Les curieux tout
particulierement, les amateurs du punk et du heavy évoqués sur cet album, pourraient gagner à lâcher quelques brouzoufs dans le CD pour découvrir Ty Segall sous une forme plus accessible, en tous
les sens du terme.

En résumé :

10" : Meilleur son & plus bel objet.
CD : Meilleur tracklisting & prix inférieur.

Pour une fois qu'il y a un vrai choix à faire entre les deux !!!

Eric 13/08/2012 15:59



Merci ZiGGy, c'est vachement intéressant !



Frank 12/08/2012 12:01


Je te rejoins sans réserve aucune sur ce disque comme sur le fait que 2012 risque bien de rester comme l'année Segall.