5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 23:18

Jake Bugg - Shangri LaJake Bugg -

Shangri La

(Virgin/EMI ; 2013)

 

 

 

    Un an seulement après la sortie de son premier album, Jake Bugg a publié son deuxième album à la fin de l’année 2013. A une époque où le rock’n’roll est réservé à une frange de plus en plus réduite de fans, le succès de Jake Bugg sera-t-il assez grand pour engager un renouveau du rock anglais ? Avec son premier album, Jake Bugg était devenu une valeur sûre outre-Manche : ce disque semble bâti pour conquérir le marché US.

 

    Rien n’a changé dans la musique de Jake Bugg ; Shangri La reprend les mêmes éléments, pour un résultat comparable : entouré d’auteurs-compositeurs-producteurs largement plus âgés que lui, le jeune anglais livre en une douzaine de titres un album à la qualité indiscutable. Le disque a été enregistré et produit aux Etats-Unis par Rick Rubin, immense producteur de musique pop à la carrière éclectique, fort contrastée et longue comme le bras. En ce qui concerne l’année 2013, Rubin a notamment produit les albums des superstars-pop comme Eminem, Kanye West et Black Sabbath… Quels changements cette collaboration a-t-elle apportés aux morceaux de Jake Bugg ? Un son plus ample, mais rien de révolutionnaire : la chanson d’ouverture, « There’s a beast and we all feed it », reprend les choses où Bugg les avaient laissées, dans la lignée de « Lightning Bolt ». Les premières chansons – et l’ensemble de la face A – sont proprement impressionnantes : efficaces et rapides, elles lancent parfaitement l’album sur une assise rock’n’roll imprenable. « Me and you » marque une première rupture de rythme dans ce disque : accompagné par une guitare acoustique et une rythmique très country, Bugg livre ici une ballade élégante. La véritable nouveauté de Shangri La est que Bugg s’affirme comme un interprète hors du commun, capable d’assumer des morceaux dynamiques avec brio comme de livrer avec pudeur des chansons très délicates.

 

    Une fois de plus, Iain Archer est largement crédité sur les chansons – il coécrit avec Bugg huit des douze chansons de cet album. Shangri La surprend par la présence de Brendan Benson (Raconteurs) sur « Messed up Kids », « Kingpin » et « Storm passes away » et encore par celle de Matt Sweeney, guitariste et producteur chevronné, qui signe avec Bugg « Simple Pleasures ». Jake Bugg écrit et compose seul « Me and you », « All your reasons » et « Kitchen Table », trois chansons délicates qui montrent qu’il a peut-être par-dessus tout le goût et l’envie d’être reconnu comme un songwriter plus que comme un chanteur de rock’n’roll. Comme son prédécesseur, Shangri La pâtit de moments relativement faibles (« A Song about love » ou « Kitchen table », par exemple), ainsi que de sautes de rythme qui nuisent à la cohérence de l’ensemble – la face B du disque apparaissant nettement moins frappante que la face A. 

 

    Les questions que nous évoquions l’année dernière sont toujours d’actualité, et restent une nouvelle fois en suspens (et vous nous en voyez bien déçus). Dans le fond comme dans la forme, un parallèle avec Arctic Monkeys peut être évoqué : le groupe d’Alex Turner était apparu comme par miracle, s’était fait connaître par le bouche à oreille et avait modifié les règles du jeu médiatique jusqu’à atteindre le statut de stars internationales. Personne – ou presque – n’avait suivi la voie ouverte par Arctic Monkeys en 2006 ; souhaitons qu’il en soit différemment cette fois-ci, et que le succès de Jake Bugg entraîne dans son sillage une vague de nouveaux artistes. De son côté, Jake Bugg poursuit son chemin, avec un deuxième album encore riche et inspiré.

 

 

 

 

 

 

Liste des chansons :

  1. There’s a beast and we all feed it *
  2. Slumville sunrise *
  3. What doesn’t kill you
  4. Me and you *
  5. Messed up kids
  6. A Song about love
  7. All your reasons
  8. Kingpin
  9. Kitchen table
  10. Pine trees
  11. Simple pleasures
  12. Storm passes away *

 

 

 

 

Vidéos :

 

"Slumville Sunrise"

 

"What Doesn't Kill You"

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires