6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 07:17

HUMAN EYE - Spiders and Their Kin

Human Eye -

Spiders and Their Kin

(Cass Records ; 2007)

 

 

    En dehors des extraordinaires albums qu’il écrit et enregistre avec différents groupes (Human Eye et Timmy’s Organism , depuis la dissolution des Clone Defects), Tim Lampinen sort également des 45 tours à tirage limités sur de nombreux labels. Celui-ci, publié par le label de Ben Blackwell (Cass Records) en 2007, a été réédité il y a quelques mois.

 

    La face A commence par un solo de guitare rejoint par un accompagnement musical très discret, avant que la chanson ne démarre vraiment. « Spiders and Their Kin » possède une structure assez classique, et un chant très appliqué : Tim Lampinen livre avec beaucoup de retenue les paroles paranoïaques : « Now it begins, the spiders and their kin, 8 leged wonders of sin, spinning their webs just to trap you in… » Seule la dernière partie du morceau voit le groupe s’élancer avec plus d’énergie et de folie dans son registre habituel.

 

    La face B propose un morceau plus aventureux, tel que seul Lampinen semble en mesure de concevoir – au moins sur notre planète. « Desperate Hands » commence sur une rythmique tribale étrangement synthétique et lorsque la voix apparaît, c’est pour déclamer un texte déstructuré de paranoïa urbaine « See the city slime lots of crime poverty people and american times industrial blues desperate hands holdin booze. » Lampinen démontre une nouvelle fois son extraordinaire singularité et livre à un rythme démentiel son rock’n’roll intemporel : Human Eye est le plus grand groupe du monde.

 

 

 

 

Liste des chansons :

 

            Face A : Spiders and Their Kin

            Face B : Desperate Hands

 

Human eye sur MySpace : www.myspace.com/humaneyedetroit

 

 

 

Vidéo :

 

 

 

 

 

Vinyle :

 

Le disque vient d'être réédité avec une pochette différente chez CASS Records.

HUMAN EYE - Spiders & Their Kin

 

HUMAN EYE - Spiders & Their Kin

 

 

 

 

Cliquez ici pour voir tous les albums de Timmy Lampinen chroniqués sur PlanetGong

Partager cet article

Repost 0

commentaires