1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 23:11

AIR - Eating, Sleeping, Waiting And Playing

Air -
Eating, Sleeping, Waiting And Playing
(Source 1999)

 

 

Sorti peu de temps après Moon Safari, ce DVD présente le duo versaillais Air sous son jour rétro-futuriste (à l'époque le groupe était encore considéré comme le fer de lance de la "French touch" et n'avait sorti qu'un album et des maxis pour le moins électroniques).

 

Ce documentaire en noir et blanc suit Air sur sa première tournée. On voit le groupe sur scène jouer un space-rock puissant (avec les musiciens de Beck), parler anglais avec un accent affligeant, monter l'impressionnante pyramide de matériel de leurs concerts et éprouver certaines difficultés à répondre aux questions des journalistes (une séquence sur le mot "bite" en anglais est d'ailleurs désopilante ou désolante, c'est selon).

 

Le film est entrecoupé de questions posées à des gens dans la rue concernant la musique et la culture en général – l'occasion de voir d'autres réponses édifiantes – et servent de transition entre les scènes où on voit le groupe s'ennuyer en taxi, s'emmerder en séance photo er se faire chier en interview. L'ennui semble être le fil conducteur ici. La séquence intitulée "Press junket" est un montage de questions posées à Air par des journalistes, où on ne voit jamais la réponse du groupe. Ce mitraillage retranscrit parfaitement les interminables interrogatoires auxquels sont soumis les musiciens en promo. Que répondriez-vous à une question telle que :"If you were granted three wishes, what would you beg for?"

 

Ce qu'il ressort de ce film, c'est qu'on se rend compte des contraintes qu'entraîne une tournée mondiale et le succès d'un premier album. On voit Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin passer leur vie entre mille endroits, en mouvement constant, sans véritable enthousiasme, un peu spectateurs de leur propre succès. On croise plusieurs têtes connues tout au long de leur voyage (Bertrand Burgalat sur scène avec eux, Sean Lennon en première partie,…), et surtout on les voit expérimenter lors de répétitions démentes – qui contrastent avec les autres scènes du film – et dévoilent un groupe extraordinaire.

 

C'est là le point fort du film. On ne sait trop rien des deux protagonistes à l'issue du film qu'ils traversent comme des fantômes. L'image mystérieuse qui est renvoyée n'en est que plus fascinante (d'autant qu'à l'époque leur musique aventureuse les plaçait au rang des génies modernes - c'était avant qu'ils chantent de la musique d'ascenseur avec l'accent parisien). Un film à voir.

 

En plus de ce documentaire, quatre clips sont livrés avec le DVD : celui, mythique, de "Sexy Boy", "All I Need", "Le Soleil Est Près De Moi" et "Kelly Watch The Stars" dans une version remixée excellente.

Partager cet article

Repost 0

commentaires