22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 08:10

Nervous Norvus - Stone Age Woo

Nervous Norvus -

Stone Age Woo
Norton Records (2004)


Le label Norton, déjà responsable de rééditions prestigieuses (notamment les ressorties vinyle des indispensables albums de The Sonics), a publié en 2004 les enregistrements rares et/ou inédits du chanteur Jimmy Drake, originaire des environs de Los Angeles, qui avait choisi pour nom d’artiste le délicat sobriquet de Nervous Norvus. Jimmy Drake était un camionneur qui a décidé un jour de devenir chanteur, et qui a eu droit à son quart d’heure de gloire en 1956. La comparaison avec Elvis s’arrête là, puisqu’au moment de la sortie de « Transfusion » et « Ape Call », (les deux premiers 45T de Nervous Norvus), Jimmy Drake a déjà quarante-quatre ans. Cet improbable artiste a encore enregistré de façon erratique pendant quatre ans pour des labels lilliputiens, avant de tirer un trait sur sa carrière musicale, qui précède de peu sa mort (d’une cirrhose au foie, en 1968).

« Transfusion » raconte les exploits d’un aigle de la route et ses multiples accidents, qui fait régulièrement le serment d’être plus prudent (« I’m never ever gonna speed again »), mais qui reprend toujours la route de la même façon, ce qui nécessite de nombreuses transfusions (« Slip the blood to me, Bud », « Pour the crimson in me, Jimson », etc.). Sur ce morceau (comme sur les suivants), les arrangements et les bruitages sont extraordinaires : hurlements de « Ape Call », aboiements de « Wild Dogs of Kentucky », différents cris d’animaux (entièrement bruités à la bouche) de « Little Cowboy », décollage d’un vaisseau spatial sur l’intouchable « The Fang »… Les bruitages des chansons de Nervous Norvus sont à la musique ce que les effets spéciaux des films d’Ed Wood sont au cinéma de Science-Fiction : une parenthèse absurde et géniale. Sur un fond musical le plus souvent country-rockabilly minimaliste, Nervous Norvus prend des libertés avec les genres musicaux et impose son style unique sur un pseudo jazz dégingandé (« Bullfrog Hop »), prend la voix d’un gosse - qui a caché une radio dans son ours en peluche - (I listen to Red in Bed), il rappe (« The Fang »), et aligne plusieurs reprises des suites de syllabes sans queue ni tête.

Pour les thèmes de ses chansons (avec une prédilection pour les animaux et pour les extra-terrestres : « Does a chinese chicken have a pigtail? », « The Kangaroo Hop », « Wild Dogs of Kentucky », « Boris the blue-nose baboon », « The Fang », « Kibble Kobble », etc.), pour ses sautes de voix au milieu des morceaux (depuis ses envolées vocales les plus improbables jusqu’à ses différents hurlements), et pour tous ses délires « Zorch », Nervous Norvus est assuré de notre sympathie. Pourtant, au-delà de leu aspect original, les chansons de ce Stoneage Woo possèdent une qualité indéniable : « I like girls » est un bon morceau à l’instrumentation recherchée, mais aux paroles navrantes, quant à « Kibble Kobble (The Flying Saucer Song) », c’est une très bonne chanson à l’intro aberrante (après une intro sifflet, Drake chante « I thought that flying saucers were only a myth / That people from other planets didn't exist / But since they have landed here from outterspace / There's cops hunting saucers all over the place »).

A l’écoute de ce disque, la question qui se pose est la suivante : pourquoi Jimmy Drake s’évertuait-il avec autant d’acharnement à saboter ses propres compositions (« The Blackout Song », « When I hear the honkin’ of the diesel train », « Little Cowboy », etc.)? Quelle que soit la raison de cette démarche – quasi suicidaire au niveau artistique –, qui rend les critiques les plus dures extrêmement faciles, l’apport de Nervous Norvus fut pourtant important : il a contribué à repousser les limites de ce qu’il était « raisonnable » d’enregistrer sur disque. Quelques dix années après les premiers disques de Nervous Norvus, Captain Beefheart, Mothers of Invention et autres Fugs auront retenu la leçon...

 

 



Liste des chansons :

1. Transfusion *
2. Dig
3. Ape Call *
4. The Wild Dogs Of Kentucky *
5. The Fang *
6. Bullfrog Hop
7. Stoneage Woo *
8. I Like Girlsgang.png
9. Does a Chinese chicken have a pigtail
10. Noon Balloon to Rangoon
11. Kibble Kobble (The Flying Saucer Song) *
12. The Lean Green Vegetable Fiend
13. Little Cowboy
14. The Blackout Song
15. Kangaroo Hop *
16. I listen to Red in bed
17. Sparks (#1)
18. I Hate bugs *
19. The Clock Shop (#1)
20. I’m waiting for Santa Klaus
21. Boris the blue-nosed baboon *
22. When I hear the honkin’ of the diesel train
23. Ape Call (-No Ape-)
24. The Bully Bully Man
25. Elvis you’re a G.I. now *
26. Stop your foolin’
27. Pony-Tail
28. I’m comin’ home my baby
29. The New Beat and Step
30. The Clock Shop (#2)
31. The Evil Hurricane
32. The Plaster Song *
33. Sparks (#2)

 

 

 

 

 

Vidéos :

 

"Transfusion"

 

"The Fang"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Foxhole 24/04/2012 22:45


Hé, mais c'est fou, ça ! J'étais passée carrément à côté... Un merci avec cinq ans de retard, ça le fait ?

Eric 26/04/2012 16:09



De rien !



sauberfan 19/04/2009 18:17

Ach, ça fait un moment que je cherche cet album après avoir lu ton papier. En fait, je me suis fait avoir par la petite faute de frappe sur le lien (Nervous NE(o)rvus). En tout cas, merci pour ce nouveau moment de bonheur.

Remi 06/11/2007 14:12

"Beaucoup vont ecouter Nervous Norvus apres avoir lu l'article"J'y crois a mort, Bruno. En tout cas, tu es un pote.

ounaouk 01/11/2007 09:06

salut!Je viens de lire ton article, je pense que tu es un des rares à connaitre cet artiste parmi nous c'est pourquoi personne ne laisse de message. Cependant je pense que beaucoup vont écouter nervous nervus près avoir lu l'aticle.A plus Bruno