1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 14:34

Switches – Heart Turned To D.E.A.D.

Switches  

Heart Turned To D.E.A.D.
(Atlantic 2007)

 

 

"Lay Down The Law", "Radio Queen", "Message To Yuz" : en trois singles Switches se sont taillé une réputation de groupe glam au groove surpuissant à mi-chemin entre T-Rex et Supergrass. Ces morceaux ont en commun un son tout aussi inimitable qu'imparable, une véritable invitation à se faire honte sur le dancefloor, provoquée par un mur de guitares groovy proche de celui de "Do You Want To" de Franz Ferdinand ou de "Chelsea Girl" des Fratellis. Les guitares sont des scies qui vont et viennent, sur lesquelles un chanteur beau gosse vient poser ses refrains malins tandis que le reste du groupe fait des "wooooo"  en chœur à la manière de Gaz Coombes et sa clique. 

S'il est difficile de ne pas se laisser emporter par le rythme dansant de ces morceaux qui promettaient un album jouissif et festif, il faut bien avouer que Heart Turned To D.E.A.D. n'est pas un très bon album. En dehors de ces trois bombinettes, l'album baigne dans un certain sérieux et le groupe se prend successivement pour Stereophonics ("Snakes & Ladders", "Coming Down"), Muse (l'insupportable falsetto de "The Need To Be Needed"), The Darkness ("Every Second Counts") et surtout Queen première période, (sans décapsuleur néanmoins – "Step Kids In Love". "Lovin' It"). Cet incroyable éclectisme incite à penser que le groupe cherche à tout prix à plaire et à se vendre. Pour tout arranger, le son est la plupart du temps insipide et renvoie les jeunes générations à l'époque clinquante de la Britpop – le côté obscur , pas celle de Blur mais plutôt celle de Suède, des Manic Street Preachers ou des Bluetones. Les guitares estampillées FM-friendly et totalement inoffensives bâtissent des murailles qui finissent d'exaspérer l'auditeur.

On trouve de temps en temps un morceau ou deux qui sortent de l'ordinaire, comme l'improbable rencontre entre Queen et Blur de "Give Up The Ghost" qui est tellement surprenante qu'on finit par l'aimer, ou encore "Testify" qui rappelle les faces B de Blur période 13… On est loin de l'énergie pop et du pur bubble-gum de "Drama Queen", sans doute le morceau le plus dansant de 2007.

Switches ont l'attitude de mecs qui voudraient à tout prix être des rock stars et dont l'objectif serait de vendre un max de disques dans les supermarchés. Pour les avoir vu sur scène et avoir assisté à un riff-o-rama rock'n'roll des plus réjouissants en 2006, on doit dire qu'on ne s'attendait pas vraiment à un album si ouvertement commercial. Oubliez ce disque et téléchargez uniquement les trois morceaux sortis en single par le groupe jusqu'à présent, le reste n'en vaut pas vraiment la peine. Il y a tellement de bonnes choses à écouter ailleurs en ce moment que s'infliger cet album en intégralité serait une perte de temps.
 

 

 




Tracklisting : 

 

1. Drama Queen  *
2. Snakes and Ladders 
3. Lay Down the Law  *
4. Coming Down 
5. Give Up the Ghost 
6. Need to Be Needed 
7. Message from Yuz  *
8. Every Second Counts 
9. Step Kids in Love 
10. Lovin' It 
11. Killer Karma 
12. Testify 


www.myspace.com/weareswitches

 

 

 


Vidéos :


"Drama Queen"

 

  "Lay Down The Law"


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

systool 01/06/2007 19:47

Ca a le mérite d'etre clair..."Sans le décapsuleur"? ca me fait penser au fameux "sourire de décapsuleur" qu'on a utilisé pour décrire Freddy Mercury... c'était intentionnel?A+SysTo

PlanetGong 14/08/2007 11:01

Of course !